Auteur :

Jasmyne Djemila

Publié le :

7 septembre 2021

Ajoutez à vos favoris :

0 commentaire(s) :

Rejoindre la conversation

Partager :

Caféiculture : Formation de torréfacteurs et baristas africains au Gabon

Accueil > Regards>>Caféiculture : Formation de torréfacteurs et baristas africains au Gabon

Dans le monde, le café occupe la première place en matière d’exportation de produits agricoles, et la première place en valeur, après le pétrole. L'Afrique compte le plus grand nombre de pays producteurs de café. Le secteur constitue une source majeure de revenus pour plus de 12 millions de ménages.

Dans le monde, le café occupe la première place en matière d’exportation de produits agricoles, et la première place en valeur, après le pétrole. L’Afrique compte le plus grand nombre de pays producteurs de café. Le secteur constitue une source majeure de revenus pour plus de 12 millions de ménages. 

Un rapport réalisé par la plate-forme de vente et d’achat de produits alimentaires et agricoles d’Afrique, SélinaWamucii, intitulé “La misère à la ferme : les producteurs de café africains perdent des milliards à cause de l’exploitation” démontre que les caféiculteurs des pays africains sont les moins bien payés sur le marché mondial. 

Cette formation qui intervient  dans un contexte où le prix du café africain est au plus bas, entend régulariser le secteur en valorisant la production locale à l’exportation de café non transformé.  Thierry Prosper Mboutsou, Directeur Général de la Caistab, a indiqué que “Ces torréfacteurs que nous allons former, c’est pour transformer notre café. Plutôt qu’il soit à chaque fois expédié en matière première, nous voulons le transformer pour consommer aussi localement de façon à accroître les revenus des producteurs”.

En effet, cette formation, qui s’étend du 30 Août au 11 Septembre 2021 à Libreville, est l’occasion de booster les torréfacteurs et baristas africains quant à la production et à la consommation du café local en Afrique permettant ainsi d’assurer la durabilité et la stabilité du secteur, mais aussi l’amélioration du niveau de vie dans les communautés rurales productrices.

Le 30 Août à Libreville, dans les locaux de l’Institut de Sciences de Gestion (INSG) que 5 pays africains se sont rassemblés pour le lancement de l’atelier. 

Lors de son discours d’ouverture, Thierry Prosper Mboutsou a déclaré que “C’est un processus de soutien à de nombreux torréfacteurs à venir et de petite taille, d’installation de nouveaux corps de métiers liés à la torréfaction, de fourniture de café de bonne qualité dans les “coffee-shops”, hôtels et restaurants et de sensibilisation des consommateurs sur les vertus du café”. 

“Aujourd’hui, c’est un autre corps de métier que nous voulons renforcer dans nos différents pays de façon que la consommation locale soit plus accrue à travers la transformation de notre café,” a t-il ajouté. 

Ainsi, les organisateurs de cet atelier ambitionnent d’accroître le nombre de torréfacteurs, de négociants, de consommateurs africains de café tout en boostant la création de richesses et d’emplois dans le secteur. 

 

Chat HQ

Commencez la conversation, pas le feu. La courtoisie est appréciée

Next Post
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

COUP DE PROJECTEUR

Restez informés de notre actualité

Loading

Récents postes

Gabon : bientôt une prise en charge optimale des patients des CHU

24 novembre 2021ActualitéGabonTop news

SEEG : Concours d’entrée au Centre des Métiers Jean Violas

22 novembre 2021ActualitéGabonTop news

Tags

0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x