Auteur :

Gabon 24

Publié le :

10 mai 2021

Ajoutez à vos favoris :

0 commentaire(s) :

Rejoindre la conversation

Partager :

Mort de Michel Fourniret : le tueur en série emporte ses secrets dans sa tombe

Accueil > Actualité > Monde > Mort de Michel Fourniret : le tueur en série emporte ses secrets dans sa tombe

Le tueur en série Michel Fourniret surnommé « l’ogre des Ardennes » est mort lundi 10 mai à l’âge de 79 ans.

Comme un goût d’inachevé

Celui que l’on surnommait « l’ogre des Ardennes », qui avait été condamné à la perpétuité incompressible pour les meurtres d’une dizaine de jeunes filles commis entre 1987 et 2003, est mort lundi à l’unité hospitalière sécurisée interrégionale (UHSI) de la Pitié-Salpêtrière à Paris où il était hospitalisé depuis le 28 avril pour des problèmes cardiaques, il souffrait également de la maladie d’Alzheimer.

Pour les familles des victimes, le décès du pédocriminel apparaît comme une injustice. « C’est à la fois un sentiment de colère devant tant d’années d’inaction », a déclaré Me Didier Seban, avocat de plusieurs familles de disparus. Fustigeant le fait qu’il n’y aura « pas de procès » et donc « pas de possibilité d’avoir les réponses attendues », dans les affaires où il était encore mis en examen.

Cependant, « grâce à l’action de la juge d’instruction Sabine Kheris et des enquêteurs, on sait maintenant ce qui est arrivé à Estelle, mais pour d’autres familles c’est sans doute trop tard », a-t-il ajouté. À travers ces propos, le juriste invite la justice à enquêter sur les « cold cases », les affaires classées.

Un tueur intrépide

Arrêté en Belgique pour une tentative d’enlèvement d’une fillette en juin 2003, il est extradé vers la France, le 9 janvier 2006, après la découverte des crimes commis dans l’hexagone. Puis il est condamné à la réclusion criminelle à perpétuité incompressible pour cinq meurtres et deux assassinats de jeunes filles en France et en Belgique.

« En plus des sept meurtres à l’origine de sa condamnation, il en a avoué trois supplémentaires. »Il est également soupçonné d’en avoir commis plusieurs autres », dont son épouse, Monique Olivier est accusée de complicité de meurtre et de non-dénonciation de meurtre dont elle avait connaissance. Elle est jugée en même temps que son époux et condamnée à la réclusion criminelle à perpétuité assortie d’une période de sûreté de 28 ans.

Selon les psychiatres qui l’interrogent sur sa mère, Michel Fourniret aurait été victime d’inceste dans son enfance, « sa mère se servant de lui comme d’un objet sexuel ». De la prison de Fleury-Mérogis, il écrit à Monique Olivier : « Maman faisait la grasse matinée. Elle m’avait pris dans le lit… »

Il avouera plus tard s’être mué en prédateur sexuel après avoir découvert que sa première épouse n’était pas vierge.

Les meurtres de Michel Fourniret

Plusieurs années après les faits commis entre 1987 et 2003, le « monstre des Ardennes » a avoué les meurtres consécutifs d’Isabelle Laville 17 ans, de Farida Hamiche 31 ans, de Marie-Angèle Domèce 19 ans, de Fabienne Leroy 20 ans, de Jeanne-Marie Desramault 22 ans, d’Élisabeth Brichet 12 ans, de Joanna Parrish 20 ans, de Natacha Danais 13 ans, Céline Saison 18 ans, Mananya Thumpong 13 ans et d’Estelle Mouzin 9 ans.

La femme de Fourniret, également incarcérée pour complicité de crimes, indiqua que son mari avait également tué une fille de 16 ans qui travaillait au pair à leur domicile. Il l’aurait assassinée en 1993, mais cela n’a pas pu être confirmé, ni l’identité de la victime connut.

Chat HQ

Commencez la conversation, pas le feu. La courtoisie est appréciée

Next Post
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

COUP DE PROJECTEUR

Restez informés de notre actualité

Loading

Récents postes

Tags

0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x