Auteur :

Gabon 24

Publié le :

7 avril 2021

Ajoutez à vos favoris :

0 commentaire(s) :

Rejoindre la conversation

Partager :

Il faudra 135 ans pour atteindre la parité femmes/hommes dans le monde

Accueil > Actualité > Monde > Il faudra 135 ans pour atteindre la parité femmes/hommes dans le monde

La pandémie de la Covid-19 a rallongé de 36 ans, le nombre d’années nécessaire pour combler les inégalités femmes-hommes dans le monde. Passant de 99,5 ans à 135,6 ans.. Et ce malgré les efforts consentis par plusieurs pays dans ce domaine.

La pandémie a rallongé de 36 ans, le nombre d’années nécessaire pour combler les inégalités

Selon le rapport annuel du Forum Économique Mondial sur les inégalités femmes-hommes, le combat de la parité des sexes dans le monde accuse un retard significatif. Cela s’explique en partie par le fait que les femmes sont plus souvent salariées des secteurs les plus affectés par les mesures de restrictions visant à enrayer la pandémie de la Covid-19.

Malgré les améliorations des conditions des femmes enregistrées dans plus de la moitié des 156 pays indexés pour cette étude, il sied de souligner que les femmes n’occupent toujours que 26,1 % des sièges parlementaires et 22,6 % des postes ministériels dans le monde. Si ce phénomène se pérennise, l’écart femmes-hommes en politique devrait mettre 145,5 ans à se combler, contre 95 ans dans la dernière édition du rapport, soit une augmentation de plus de 50 %.

De même, le domaine de l’économie n’a connu qu’une maigre amélioration depuis l’édition 2020 et devrait prendre encore 267,6 ans pour être comblé. Selon le rapport, cette lente progression est causée par les disparités de revenus et par le nombre très limité de femmes dans les postes dirigeants.

Nonobstant ces chiffres alarmants dans certains secteurs, il sied de souligner qu’en matière d’éducation et de santé, les écarts femmes-hommes sont presque comblés. En effet, 37 pays ont déjà atteint la parité femmes-hommes en matière d’éducation. Il faudra néanmoins 14 années supplémentaires pour combler entièrement cet écart. Dans le domaine sanitaire, l’écart a été comblé à plus de 95 %. Il faudra néanmoins attendre encore 14,2 ans pour combler entièrement cet écart. 

 « La pandémie a eu un impact fondamental sur l’égalité femmes-hommes, tant sur le lieu de travail qu’à la maison, faisant reculer des années de progrès. Si nous voulons préparer une économie dynamique pour demain, il est vital que les femmes soient représentées dans les emplois à venir », déclare Saadia Zahidi, membre du Comité exécutif du Forum Économique Mondial.

L’impact de la Covid-19 sur les femmes

La pandémie de coronavirus a touché tous les employés dans le monde, cependant les femmes ont payé le plus lourd tribut avec un taux de licenciement plus élevé (5 % contre 3,9 % pour les hommes, selon l’OIT), ce qui s’explique en partie par une surreprésentation des femmes dans les secteurs directement touchés par les mesures de restrictions, notamment le secteur de la consommation.

D’après les données LinkedIn, les femmes sont embauchées à un rythme plus lent dans de nombreux secteurs. Elles ont également moins de chances d’être embauchées pour des postes dirigeants, entraînant une régression de 1 à 2 ans par rapport aux progrès réalisés.

Le poids des femmes dans les emplois porteurs

La représentation des femmes dans les secteurs dits « porteurs d’avenir » est relativement basse. Elles ne représentent que 14 % des salariés dans le secteur du « Cloud Computing », 20 % dans l’ingénierie, et 32 % dans le secteur du Data et de l’IA.

« Les femmes ne sont pas bien représentées dans la majorité des postes à croissance rapide, ce qui signifie que nous accumulons des problèmes de représentation des sexes encore plus importants au sortir de la pandémie (…) Les entreprises et les gouvernements doivent intégrer la diversité, l’équité et l’inclusion dans leurs plans de relance », déclare Sue Duke, responsable de la politique publique mondiale chez LinkedIn.

Des pays en net progrès en 2021

L’Islande reste le pays le plus égalitaire au monde en matière de parité femmes-hommes. Le pays est premier du classement pour la douzième fois.

Les cinq pays qui ont le plus progressé dans l’indice global cette année sont la Lituanie, la Serbie, le Timor-Leste, le Togo et les Émirats arabes unis, avec une réduction de leurs écarts femmes-hommes d’au moins 4,4 points de pourcentage ou plus. Le Timor-Leste et le Togo sont également parvenus à combler leur écart économique d’au moins 17 points de pourcentage au cours de l’année. Trois nouveaux pays ont été évalués cette année pour la première fois : l’Afghanistan (156e), le Guyana (53e) et le Niger (138e).

Chat HQ

Commencez la conversation, pas le feu. La courtoisie est appréciée

Next Post
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

COUP DE PROJECTEUR

Restez informés de notre actualité

Loading

Récents postes

Covid-19 : le Brésil compte à lui seul 92 variants

12 avril 2021CoronavirusMondeTop news

Santé : 162 médecins cubains débarquent au Gabon

12 avril 2021GabonTop news

Tags

0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x