Auteur :

Yannick KASSA

Publié le :

13 octobre 2021

Ajoutez à vos favoris :

0 commentaire(s) :

Rejoindre la conversation

Partager :

France : 30 milliards d’euros pour redevenir une nation innovante

Accueil > Actualité > Monde > France : 30 milliards d’euros pour redevenir une nation innovante

Le président français Emmanuel Macron a dévoilé mardi 12 octobre, un plan d’investissement de 30 milliards d’euros, pour développer la compétitivité industrielle et les technologies d’avenir en France.

C’est au palais de l’Élysée que le président français Emmanuel Macron a levé le voile sur un plan d’investissement de 30 milliards d’euros sur cinq ans. Lequel plan vise à développer la compétitivité industrielle et les technologies d’avenir, afin d’« augmenter la capacité de l’économie française à croître par l’innovation ».

le président français a déclaré devant un parterre de chefs d’entreprise et étudiants (200 plus exactement) que « la stratégie pour 2030 doit  conduire à investir 30 milliards d’euros pour répondre » à « une sorte de déficit de croissance français ».

Cet « investissement massif dans » cette « stratégie d’innovation et d’industrialisation » participera selon le président, à ce que la France « retrouve un cycle vertueux ». Innover, produire et exporter sont les maîtres mots de ce nouvel investissement.

Un milliard d’euros dans l’énergie nucléaire

Emmanuel Macron entend investir un milliard d’euros dans l’énergie nucléaire pour développer des « technologies de ruptures », notamment des « petits réacteurs nucléaires innovants ». « L’objectif numéro un, c’est de faire émerger en France d’ici 2030 des réacteurs nucléaires de petite taille innovant avec une meilleure gestion des déchets ». Ces petits réacteurs modulaires, dits SMR (« small modular reactors »), étant « beaucoup plus modulaires et beaucoup plus sûrs », permettront d’« améliorer (…) la sûreté en baissant les coûts ».

« Devenir le leader de l’hydrogène vert »

Le président Macron justifie le choix de l’investissement dans ce secteur, par le fait que la France a des atouts à faire valoir. Elle a notamment de très bonnes recherches, des start-ups, d’équipementiers et d’entrepreneurs prêts à s’engager. Par conséquent, « d’ici à 2030, la France doit pouvoir compter sur son sol au moins deux gigafactories d’électrolyseurs », ce qui permettra la « décarbonation de l’industrie ».

« En parallèle de ce deuxième grand objectif », le pays compte également « investir plus de 500 millions d’euros dans des technologies de ruptures, dans les énergies non renouvelables, particulier éolienne, terrestre et en mer et photovoltaïque ». Selon le président, la stratégie d’investissement dans les énergies non renouvelables est un point clé pour l’innovation de rupture.

Investir dans l’hybride et l’électrique

Conscient qu’il faut réduire au maximum les émissions de carbone, Emmanuel Macron a fixé
pour objectif de « produire en France à l’horizon 2030 près de 2 millions de véhicules électriques et hybrides ». Un objectif qui est atteignable s’« il y a une vraie stratégie coopérative, en particulier » des « grands constructeurs ». C’est dans ce sens qu’il a annoncé qu’il verrait « à la fin du mois (…) l’ensemble des acteurs de la filière sur à la fois les infrastructures et les investissements ».

En outre, la France va « investir massivement pour permettre de déployer d’ici à 2030 le premier avion bas carbone qui doit être un projet français, mais dont l’objectif est de l’européaniser au maximum », a également déclaré le président Macron. « Au total ce sont près de 4 milliards d’euros qui seront investis sur ces acteurs des transports du futur », « qui doivent être au cœur de l’avenir industriel français ».

Investir dans les semi-conducteurs

Afin de mettre un terme au monopole des géants tels que Samsung, TSMC et Intel dans le domaine des semi-conducteurs et dans le but de faire face à la pénurie de ces composants tant précieux dans le monde de l’électronique, Emmanuel Macron a annoncé « près de 6 milliards d’euros » d’investissements pour « doubler » la production des semi-conducteurs d’ici 2030 et « sécuriser » son approvisionnement en puces. « Nous voulons être en capacité de doubler notre production électronique d’ici 2030 et de construire une feuille de route vers des puces électroniques de plus petite taille pour rester un des leaders du domaine », a-t-il affirmé.

Emmanuel Macron veut que les Français mangent plus sainement

Dans ce vaste investissement de plus de 30 milliards d’euros, l’agriculture n’est pas en reste, le président français a annoncé que 2 milliards d’euros seront injectés dans ce secteur. La France doit entrer dans une « nouvelle révolution de l’alimentation saine, durable et traçable ». Pour ce faire, il faut « investir dans trois révolutions qui vont en quelque sorte être la suite de la révolution mécanique et de la révolution chimique qu’on a connues : le numérique, la robotique, la génétique », a assuré le président.
Cette stratégie vise à « décarboner la production » agricole, « sortir de certains pesticides », « améliorer la productivité » et développer « des productions plus résilientes et plus solides dans les biosolutions ».

L’arrivée d’au moins 20 biomédicaments à l’horizon 2030

Sur le plan sanitaire, Emmanuel Macron annonce l’arrivée d’ici à 2030 d’« au moins 20 biomédicaments contre les cancers, les maladies émergentes et les maladies chroniques dont celles liées à l’âge ». « C’est un objectif sur lequel nous devons concentrer tous les efforts et l’agence d’innovation en santé sera un point, à mes yeux, extrêmement important pour y arriver », souligne le chef de l’État.

Explorer (et non exploiter) les fonds sous-marins

Le chef de l’État a également inscrit dans son plan d’investissement, l’exploration des fonds sous-marins. Ceci pour ne pas « laisser dans l’inconnue une partie importante du globe », car c’est « un levier extraordinaire de compréhension du vivant, d’accès à certains métaux rares, de compréhension du fonctionnement de nouveaux écosystèmes d’innovation », surtout dans le domaine de la santé.

La crise des matières premières, un enjeu pour le plan France 2030

Le président de la République a mis un accent particulier sur la crise des matières premières à l’heure où la France fait face à ce fléau. Avec le projet France 2030, Emmanuel Macron veut « sécuriser l’accès aux matériaux », « garantir nos approvisionnements en plastique, métaux » et « investir dans le recyclage » pour « réduire notre dépendance ». C’est dans cette optique que le chef de l’État entend « faire émerger un acteur français du recyclage chimique enzymatique » et accélérer « le recyclage des terres rares ».

Chat HQ

Commencez la conversation, pas le feu. La courtoisie est appréciée

Next Post
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

COUP DE PROJECTEUR

Restez informés de notre actualité

Loading

Récents postes

Facebook changerait de nom la semaine prochaine

22 octobre 2021ActualitéMondeTop news

Le Bénin légalise l’avortement

21 octobre 2021ActualitéAfriqueTop news

Tags

0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x